03/12/2021

NewsJardinTV – Infos, Conseils, Vidéos, Podcasts – 100 % Nature

Rechercher
Accueil / Plantes  / Cactées et succulentes  / CONDITIONS EXTRÊMES POUR DES CACTÉES DE L’EXTRÊME.

CONDITIONS EXTRÊMES POUR DES CACTÉES DE L’EXTRÊME.

Geohintonia mexicana Michale Wolf

En 1995, peu de temps après la découverte (1991) de Aztekium hintonii et Geohintonia mexicana, j’ai eu la chance de visiter, en compagnie des descripteurs de ces espèces : les Américains Charles Edward Glass (1934-1998) et Walter Fitz Maurice, le site où croissent ensemble ces deux étonnantes cactées. Nous sommes au sud du Mexique, dans l’état du Nuevo Leon, sur le territoire de la municipalité de Galeana.

Geohintonia mexicana Michale Wolf

Geohintonia mexicana. ©Michael Wolf

Le site où l’on rencontre Aztekium hintonii et Geohintonia mexicana  consiste en des falaises escarpées, au sol gypseux très hygroscopique. L’aire de répartition semble limitée à quelques collines situées à une altitude moyenne de 1 250 m. Le gypse pulvérulent se désagrège avec facilité, ce qui fait qu’après les pluies, il n’est pas rare que quelques spécimens tombent au fond de la gorge encaissée.

Geohintonia mexicana Biotope Lode 007b

Geohintonia mexicana pousse sur des parois de gypse très abruptes. ©Joël Lodé

Les deux espèces ne vivent pas réellement ensemble, puisque la grande majorité des Geohintonia ont colonisé la face sud-est des falaises, ombragée l’après-midi, tandis que les Aztekium préfèrent plutôt la partie opposée des collines avoisinantes. On pourrait presque dire que les deux espèces se regardent ! Néanmoins, les deux genres cohabitent parfois côte à côte, sans que l’on note apparemment le moindre signe d’hybridation.

Aztekium hintonii habitat Mexique Lode

L’habitat très pentu d’Aztekium hintonii. ©Joël Lodé

Fleurs du matin et fleurs du soir

L’absence de croisement entre les plantes voisines s’explique sans doute par leur floraison décalée. Les corolles d’Aztekium hintonii s’ouvrent en milieu de journée, celles de Geohintonia mexicana s’épanouissant plutôt depuis la fin d’après-midi jusqu’à la nuit tombée. Les fourmis paraissent jouer un rôle important dans la pollinisation, mais surtout dans la dissémination des graines.

Aztekium hintonii habitat Mexique Lode

Les fleurs d’Aztekium hintonii s’ouvrent sous le soleil de midi. ©Joël Lodé

Des plantes interdites aux collectionneurs

Nous avons observé sur le site visité une abondance de spécimens adultes de tous âges, ainsi que de très nombreuses plantules appartenant aux deux espèces. Les populations composent souvent des groupes. On ne peut donc pas affirmer qu’il s’agit d’espèces rares. Et pourtant ces deux plantes ont besoin d’être protégées.

Qu’il s’agisse de l’un ou de l’autre genre, les vieux exemplaires que nous avons observés étaient sclérosés. En revanche, ceux qui ont perdu la partie apicale pour diverses raisons, ont tendance à émettre des rejets. Dans leur biotope, Aztekium hintonii et Geohintonia mexicana ne paraissent pas menacés par les troupeaux de chèvres ou même par l’agriculture car le terrain s’avère impropre à la production vivrière. En revanche, une menace directe pèse sur ces plantes, en raison de l’intérêt qu’elles éveillent chez les collectionneurs, vu l’impossibilité actuelle de se procurer légalement des graines ou même des sujets multipliés par de greffage.

Aztekium hintonii Lode 027bb

De vieux Aztekium hintonii tout sclérosés. ©Joël Lodé

Un paysage riche en plantes succulentes variées

Dans l’environnement de nos deux cactées domine par son ampleur un yucca à port solitaire qui est sans doute Yucca carnerosana , que les Anglo-saxons nomment la dague espagnole géante (Giant Spanish Dagger). Pouvant atteindre 6 m de haut, il orne les crêtes des collines ainsi que les couloirs d’éboulis. Mais, cette extraordinaire biocénose, les populations d’Aztekium hintonii et de Geohintonia mexicana sont de loin majoritaires.

Yucca carnerosana Panoramio

Yucca carnerosana et Larrea tridentata dans la nature. ©Panoramio.

Parmi les autres Cactacées rencontrées ici, on observe une forme originale de Mammillaria candida à aiguillons souples et blanc vitreux, mais aussi Mammillaria zahniana, Mammillaria pilispina, Thelocactus tulensis var. matudae, Neolloydia conoidea, Opuntia stenopetala, etc.

Il est également possible d’admirer dans ce paysage aride un superbe agave bleu à larges feuilles et apparemment non gypsophile, qui croît sur les affleurements calcaires. J’ai aussi remarqué une autre espèce, plus petite qui avait tout d’Agave lechuguilla , ainsi qu’une belle population de Dasylirion wheeleri répartie sur le flanc des collines.

D’autres végétaux présents ici semblent quasiment incongrus parmi cette population de succulentes, il s’agit de fougères et de sélaginelles (Selaginella gypsophila , S. lepidophylla), ce qui confirme une bonne retenue de l’humidité dans le terrain.

Dasylirion wheeleri MAP FBU 120911053

Les inflorescences spectaculaires de Dasylirion wheeleri. ©www.map-photos.com – Frank Buffetrille

Des liens de parenté avec d’autres cactus

En raison de ma passion pour la taxonomie (la dénomination et le classement des êtres vivants), je n’ai pas pu m’empêcher, dès la parution de leur description, d’établir un lien entre Geohintonia mexicana et Aztekium hintonii. Bien que les plantes soient visuellement bien différenciées, il existe un lien de parenté presque évident entre elles.

Geohintonia mexicana Cactus Lode

Il est probable que les fourmis participent activement à la pollinisation de Geohintonia mexicana. ©Joël Lodé

Toutefois, plusieurs botanistes ont établi des points de comparaison entre Geohintonia mexicana et le genre Astrophytum . Par ailleurs, des caractéristiques communes pourraient rapprocher Geohintonia mexicana des genres Ariocarpus, Obregonia, Strombocactus et Pelecyphora.

Astrophytum ornatum Cactus Mioulane MAP NPM 719514718

Il pourrait y avoir des liens de parenté entre Geohintonia mexicana et les Astrophytum (ici A. ornatum). ©www.map-photos.com N. & P. Mioulane

 À mon avis, un autre « parent » peut être recherché du côté du genre Echinocactus. En effet, Geohintonia mexicana paraît posséder quelques affinités avec Echinocactus horizonthalonius  : pruine, port, laine apicale, fleurs, déhiscence des fruits… et, dans une moindre mesure, avec Echinocactus platyacanthus, le nombre de côtes étant similaire (une vingtaine). Il faut d’ailleurs préciser à cet effet que les sites où prospèrent ces Echinocactus sont tout proches.

Echinocactus horizontalonius Mendoza

Echinocactus horizonthalonius, une espèce sans doute proche de Geohintonia mexicana. ©Anthony Mendoza

En tout état de cause, les deux espèces que nous venons d’évoquer sont de deux plantes vraiment originales à plus d’un titre, dont la découverte récente a mis en émoi le monde des cactophiles. Le genre Geohintonia a été créé pour rendre hommage à son découvreur George S. Hinton qui a aussi été honoré par l’espèce Aztekium hintonii qu’il a également découverte, alors que le genre était jusqu’alors considéré comme monotypique (constitué d’une seule espèce comme c’est d’ailleurs le cas pour Geohintonia).

Aztekium hintonii CGlass 008b

Aztekium hintonii (ici dans son biotope) a été découvert en 1991 par George S. Hinton. ©Joël Lodé

Pas de commentaire

Publier un commentaire