21/05/2022

NewsJardinTV – Infos, Conseils, Vidéos, Podcasts – 100 % Nature

Rechercher
Accueil / Plantes  / Arbres, arbustes et conifères  / LE DIAMANT NOIR DANS VOTRE JARDIN

LE DIAMANT NOIR DANS VOTRE JARDIN

• Peut-on cultiver des truffes ?

La réponse de Patrick Mioulane :

La truffe (Tuber melanosporum, la truffe noire du Périgord et les autres espèces), est un champignon qui vit en symbiose avec les racines de certains arbres, chênes et châtaigniers surtout, mais aussi charmes, noisetiers, pins, tilleuls, cèdres. La truffe naît au printemps, entre avril et juin, les chaleurs de l’été et l’irrigation déclenchant le cycle de grossissement. Les filaments de mycélium du champignon entourent les radicelles de l’arbre et s’insèrent entre ses cellules, formant un manchon appelé « manteau ». L’organe mixte ainsi constitué par le champignon et la racine se nomme « mycorhize ».

En ayant mis au point un processus qui permet de « mycorhizer » les arbres, l’INRA a sauvé la trufficulture en France. Aujourd’hui, plusieurs producteurs, notamment les pépinières Robin (05 500 Saint-Laurent du Cros), proposent des « plants truffiers », qui produisent après huit à quinze ans de culture.

Le terrain est un élément déterminant pour la réussite. La truffe apprécie les sols drainants mais consistants et très riches en humus. Le pH doit être compris entre 7 et 8,5.Les landes, les anciennes vignes, les champs de lavandes, les prairies de graminées, sont de bons antécédents pour envisager l’implantation de plants truffiers. Sur les terrains boisés, il faut se débarrasser de la végétation et attendre de 1 à 2 ans, voire davantage, avant de planter.

L’idéal est la plantation en haie orientée nord/sud, afin que l’ensoleillement parvienne également des deux côtés des arbres ? Ces derniers seront espacés de 2,5 à 3 m sur la ligne et de 9 à 10 m entre les lignes.

Une truffière produit entre 4 et 9 kg par an pour 1 000 m2 de plantation.Si l’on récoltait 1 000 t de truffes par an en France au début du xxe siècle, la production européenne atteint aujourd’hui à peine 120 t, d’où la nécessité et la rentabilité actuelle des truffières.

En illustration : un chêne truffier et son « brûlé » au pied signifiant la présence de truffes.

©Photo : www.map-photos.com – N. & P. Mioulane

Pas de commentaire

Publier un commentaire