08/12/2022

NewsJardinTV – Infos, Conseils, Vidéos, Podcasts – 100 % Nature

Rechercher
Accueil / Botanistes et jardiniers  / L’avocat de Louis XVI était botaniste…

L’avocat de Louis XVI était botaniste…

Guillaume de Lamoignon de Malesherbes

Guillaume de Lamoignon de MalesherbesLe 6 décembre 1721 : naissait à Paris Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, magistrat, botaniste et homme d’État français, mort guillotiné le 22 avril 1794 à Paris. Il fut conseiller de Louis XVI (et l’un de ses défenseurs lors de son procès en décembre 1792) et membre de l’Académie des sciences. Passionné par les plantes, Guillaume de Lamoignon de Malesherbes a entretenu une correspondance suivie avec son confrère André Thouin (1747-1824), jardinier en chef du Jardin du roi et remarquable botaniste et jardinier.

À la fin du dix-huitième siècle, les hommes de sciences et de lettres échangeaient un abondant courrier dans lequel ils faisaient part de leurs observations scientifiques. Mais il se créait aussi des relations entre amateurs, savants et hommes politiques, ainsi que des échanges de végétaux. On constate qu’à cette époque, les esprits éclairés attachaient à la botanique une importance particulière que du triple point de vue de la science, de l’agrément et de la culture.

C’est ainsi que Guillaume de Lamoignon de Malesherbes avait parmi ses correspondants Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), dont il partageait les vues romantiques pour ce qui concerne la nature. On peut dire qu’il fut un véritable « homme des Lumières », soutenant les sciences et notamment la publication de l’Encyclopédie (Diderot et d’Alembert, 28 volumes de 1751 à 1772).

Encyclopedie diderot dalembert 010

Un des ouvrages majeurs de la période des Lumières

Un éminent savant ouvert sur le monde

Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, que l’on appelait alors « Monsieur de Malesherbes », entreprit d’importantes plantations dans son château de Malesherbes (Loiret). Il se fit envoyer des graines d’un peu partout en Europe et même de Polynésie, son neveu César Henri Guillaume de La Luzerne (1737-1799) ayant été gouverneur général des Îles sous le vent de 1785 à 1787. Aujourd’hui, malheureusement, il ne reste plus de ce jardin que la porte d’entrée.

Proche du botaniste et agronome Henri Louis Duhamel du Monceau (1700-1782) qui fut un peu son mentor en matière de culture végétale, Guillaume de Lamoignon de Malesherbes qui était membre de l’Académie des Sciences et de l’Académie française, s’opposa de toutes ses forces aux théories d’un des plus grands savants de l’époque : Georges Louis Leclerc, comte de Buffon (1707-1788).

Gravure Chateau Malesherbes

Le château de Malhesherbes à l’époque de « Monsieur de Malesherbes »

Guillaume de Lamoignon de Malesherbes partageait sa passion pour les plantes avec l’une de ses sœurs Anne Marie Louise Nicole Lamoignon de Malesherbes, comtesse de Sénozan qui, dans le jardin de son château de Verneuil sur Seine, fit bâtir l’une des premières orangeries privées pour y cultiver des agrumes et des plantes exotiques.

Gravure Jardin Verneuil

Verneuil, propriété de la sœur de Guillaume de Lamoignon de Malesherbes

Guillaume de Lamoignon de Malesherbes est en fait plus connu comme avocat et comme directeur général de la Librairie, soit le responsable de la censure. Il n’a pas laissé beaucoup d’écrits dans le domaine des plantes. On lui doit toutefois en 1783 une « Introduction à la botanique » et en 1791 : « Mémoires de botanique » et « Idées d’un agriculteur patriote sur le défrichement des terres incultes, sèches et maigres, connues sous le nom de landes, garrigues, gâtines, friches… »

Chretien-Guillaume de Lamoignon de Malesherbes

Pas de commentaire

Publier un commentaire