27/06/2022

NewsJardinTV – Infos, Conseils, Vidéos, Podcasts – 100 % Nature

Rechercher
Accueil / Plantes  / Botanique, Histoire et Symbolique  / L’AMOUR ET LA DISCORDE DANS UN COING

L’AMOUR ET LA DISCORDE DANS UN COING

Coing Flora von Deutchland 1904
Coing Flora von Deutchland 1904

Coing. ©Flora von Deutschland 1904

Dans l’Antiquité, les Grecs érigeaient le coing (Cydonia oblongua) en symbole de l’amour et du bonheur. Ils avaient, lors des mariages, coutume d’offrir des coings aux nouveaux époux, juste avant qu’ils ne franchissent le porche de leur nouvelle demeure. Beaucoup d’historiens estiment que les fameuses « pommes d’or » décrites par Virgile, étaient des coings qu’on appelait, à cette époque, « fruit d’or ».

S’ils pouvaient être à leurs heures, très austères, les Romains n’en aimaient pas moins les plaisirs de la vie et s’adonnaient à des fêtes orgiaques dont la réputation a traversé les siècles. Ils extrayaient des pépins du coing une huile essentielle qu’ils utilisaient pour se parfumer avant de se lancer dans leurs jeux érotiques.

Symboles de fécondité, les fruits contenant de nombreux pépins, sont associés dans la mythologie à Aphrodite (Vénus). Il s’agit de la grenade, de la pomme, du pavot et bien sûr du coing.

Coing MAP ADE GIP0032687

Couvert d’une pruine veloutée, le coing est très sensuel au toucher. ©www.map-photos.com – Arnaud Descat

Et si la pomme de discorde était un coing ?

Les Romains associaient souvent le coing à Vénus, la déesse de l’amour, qu’ils représentaient couramment tenant ce fruit dans la main droite. Il s’agit d’une allusion à la célèbre légende de la « pomme de discorde »…

Furieuse de ne pas avoir été invitée aux noces du héros Pélée et de la néréide (nymphe marine) Thétis, dont l’union donnera naissance à Achille, la déesse de la discorde, Éris, laissa tomber au milieu de la foule une pomme d’or (qui pourrait bien être un coing, à moins qu’il ne s’agisse d’une orange) sur laquelle il était inscrit : « à la plus belle ».

Héra (Junon), Athéna (Minerve) et Aphrodite (Vénus) revendiquant chacune cette distinction, une querelle s’en suivit. Zeus (Jupiter), alors ordonna à Hermès (Mercure) de conduire les trois déesses sur le mont Ida et laisser soin au fils de Priam, Pâris, d’attribuer la pomme d’or. Ce dernier opta pour Aphrodite qui lui promit, en récompense, l’amour de la plus belle fille du monde. Pâris entreprit alors d’enlever Hélène de Troie, la femme du roi de Sparte Ménélas, ce qui provoqua la fameuse guerre de Troie. De cette légende est née la locution : « pomme de discorde » que l’on emploie pour désigner le sujet d’une dispute ou d’un conflit.

Venus Arles Coing

La Vénus d’Arles tient dans la main droite une « pomme d’or » qui selon certains, serait un coing. ©Marie-Lan Nguyen

Pour l’amour de Cydippé

La mythologie raconte que le jeune Grec Acontios, rencontra à Delos, lors de la fête d’Artémis, la belle athénienne Cydippé dont il tomba immédiatement amoureux. Pour conquérir les faveurs de sa dulcinée, le prétendant grava sur une poire de Cydonie, qui à l’époque désignait le coing, la phrase : « Je jure, par le temple d’Artémis, de me marier avec Acontios ». Alors qu’elle était assise sur les marches du temple, il fit rouler habilement le fruit aux pieds de la jeune fille qui l’ignorait.

Intriguée, elle ramassa le coing et lut l’inscription haute voix. Or, à l’époque, jurer dans l’enceinte d’un temple était considéré comme prendre la divinité à témoin.

Par trois fois, Cydippé essaya de choisir un autre fiancé, mais elle fut systématiquement frappée par Artémis d’une maladie qui la rendait si hideuse qu’elle faisait fuir ses prétendants. Le père de Cydippé, souhaitant le bonheur de sa fille, consulta l’Oracle de Delphes qui lui révéla tout le stratagème d’Acontios. Séduit par l’intelligence du jeune homme, il lui offrit la main de sa fille.

Coing Portugal MAP ADE GIP0045588

Le coing ‘Du Portugal’, une variété autofertile qui mûrit mi-novembre. ©www.map-photos.com – Arnaud Descat

Pas de commentaire

Publier un commentaire