30/11/2022

NewsJardinTV – Infos, Conseils, Vidéos, Podcasts – 100 % Nature

Rechercher
Accueil / Plantes  / Fleurs et plantes  / MONTSECHIA VIDALII LA PLUS ANCIENNE PLANTE À FLEUR IDENTIFIÉE

MONTSECHIA VIDALII LA PLUS ANCIENNE PLANTE À FLEUR IDENTIFIÉE

montsechia vidalii plante fleur

montsechia vidalii plante fleurUne équipe internationale de paléontologistes conduite par le professeur David Dilcher (Université d’Indiana, Bloomington, États-Unis) et comprenant aussi les Français Bernard Gomez et Véronique Daviero-Gomez de l’université Lyon 1, ainsi que Clément Coiffard (muséum de Berlin, Allemagne) et Carles Martín-Closas (Université de Barcelone, Espagne), a annoncé à la mi-août, dans un article publié par l’Académie américaine des sciences (PNAS), avoir identifié le plus ancien angiosperme (plante à fleur développant des graines protégées dans un fruit) jamais découvert. Il s’agit de Monteschia vidalii, qui vivait au Crétacé inférieur, serait âgée d’environ 125 à 130 millions d’années.

 

Montsechia vidalii

Un fossile parfait de Montsechia vidalii. © David Dilcher Université d’Indiana

Une plante aquatique dans les montagnes espagnoles

La plante, contemporaine des grands dinosaures, poussait en Espagne, dans un lac d’une région qui a évolué au fil des temps géologiques pour devenir montagneuse aujourd’hui. Les premiers fossiles ont été découverts au début du xxe siècle dans des dépôts limoneux au cœur de la chaîne Ibérique dans le centre de l’Espagne et dans les Pyrénées, mais selon les chercheurs d’aujourd’hui ils auraient été mal analysés.

C’est donc cette étude tout récemment publiée, basée sur l’analyse (débutée en 1998 à Lyon) de fossiles d’algues d’eau douce récoltés dans la même zone, qui a permis d’identifier Montsechia vidalii comme la plus ancienne plante à fleur connue à ce jour. Elle est en effet au moins contemporaine d’Archaefructus, une autre plante aquatique du Crétacé, dont on a découvert trois espèces dans la formation Jehol, au nord-est de la Chine (province du Liaoning) en 2002 et qui passait jusqu’ici pour le « mathusalem » des végétaux à fleurs.

1280px Archaefructus liaoningensis

Archaefructus liaoningensis, plante à fleur du Crétacé. ©Shizhao

Pas de vraies fleurs, mais des fruits renfermant des graines bien réelles

Montsechia vidalii est une plante aquatique qui ne possède pas d’organes floraux évidents tels que des pétales ou des structures productrices de nectar pour attirer les insectes. Tout son cycle de vie se réalise sous l’eau. Le fruit, qui est porté tête en bas, contient une seule graine, cette dernière caractérisant une angiosperme. Montsechia vidalii ressemble à un Ceratophyllum (Ceratophyllaceae), plante couramment utilisée dans les décorations d’aquariums et qui peut être considéré comme son descendant le plus moderne.

Ceratophyllum mioulane MAP NPM GIP0029819

Ceratophyllum demersum fait partie des plantes d’aquarium les plus cultivées. ©www.map-photos.com – N. & P. Mioulane

Les dinosaures auraient favorisé la dispersion des plantes à fleurs

La datation de Montsechia vidalii constitue une avancée majeure dans la connaissance des végétaux, car la plante présente une différence importante par rapport à la morphologie des angiospermes, telle que la concevaient jusqu’alors les scientifiques. Cette découverte pose désormais d’importantes questions concernant l’histoire de l’évolution des plantes à fleurs, qui aujourd’hui représentent 90 % des espèces végétales colonisant notre planète. Selon Donald Les, professeur d’écologie et de biologie à l’Université du Connecticut (nord-est), les récents travaux sur Montsechia vidalii pourraient aider à : « reconstituer les différents événements écologiques qui ont accompagné l’évolution des plantes à fleur dans leur proéminence planétaire ». Il se pourrait bien par exemple que les angiospermes aient co-évolué avec les dinosaures herbivores, ces derniers auraient alors influencé la diversification écologique des végétaux dont ils se nourrissaient.

Monteschia dessin

Les scientifiques ont pu reconstituer l’aspect qu’avait Montsechia vidalii de son vivant. ©Oscar Sanisidro Université d’Indiana

Pas de commentaire

Publier un commentaire