LES SUBLIMES FLEURS PLUMEUSES DES VERTICORDIA

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : dimanche 12 juillet 2015 17:07

Affichages : 2406

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 
Catégorie : Trésors de la botanique

Verticordia Grandis Gros PlanLes Verticordia sont des arbustes ligneux endémiques d’Australie de l’ouest, qui appartiennent à la famille des Myrtaceae. Le genre se décline en 102 espèces, remarquables par leur floraison qui est exploitée en fleuristerie. La présence de franges délicatement ciselées sur les fleurs, ainsi que leurs couleurs vives et contrastées valent aux Verticordia l’appellation locale de « Featherflowers » (fleurs plumeuses). Les teintes qui se déclinent dans une très large palette (sauf le bleu), évoluent avec l’âge de la fleur, ce qui ajoute à l’effet décoratif, sans oublier le parfum, souvent enchanteur… 

 Des plantes du bord de mer et de terrains arides

On trouve principalement les Verticordia dans les forêts et les landes du sud-ouest de l'Australie, la plupart du temps dans les zones côtières. Bien qu’il ne s’agisse généralement pas de plantes rares (hormis certaines espèces telles : Verticordia albida, V. harveyi, V. helichrysantha, V. staminosa, etc.), les Verticordia sont soumis à une réglementation concernant la collecte de fleurs sur les plantes sauvages en Australie occidentale.

Verticordia albida

Toutes les espèces sont assez difficiles à cultiver. Elles ont besoin d'un excellent drainage et préfèrent un climat de type méditerranéen avec des étés chauds et très secs et des hivers doux et ponctuellement arrosés. Les verticordias se montrent totalement intolérants à l’humidité stagnante car ils sont sensibles aux pourritures du collet et des racines. Il semble plus facile de réussir en culture les sujets greffés sur des plantes de genres assez proches, tels : Darwinia citriodora et Chamelaucium uncinatum.

Verticordia polytricha

Une plante spécifique de l’extrême sud-ouest australien

Les premiers échantillons de Verticordia ont été récoltés par Archibald Menzies (1757-1842), un naturaliste attaché au navire HMS Discovery lors de l'expédition dirigée par George Vancouver de 1791 à 1795. Ces spécimens découverts à King George Sound au sud de l’Australie de l’ouest, sont restés inconnus durant 35 ans. En 1801-1802, la même région a été visitée par le botaniste Robert Brown (1773-1858) et l’illustrateur autrichien Ferdinand Lucas Bauer (1760-1826), à bord du HMS Investigator. La première description de ces premiers échantillons a été effectuée en 1827 par le botaniste français René Louiche Desfontaines (1750-1833), qui a placé les plantes dans le genre Chamelaucium créé en 1844 par Johannes Conrad Schauer (1813-1848).

Verticordia Chrysantha Fitzgerald River

Le Verticordia, fleur de la déesse de l’amour

Le genre Verticordia a été créé en 1828 par le botaniste suisse Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841) dans son Dictionnaire Classique D'Histoire Naturelle. Il dérive du latin verto, tourner et cor, cœur, allusion romantique à la déesse de l’amour Vénus, qui faisait « tourner les cœurs » le 1er avril, jour de la fête des Verticordia (ou Veneralia) où les femmes romaines portaient pour tout vêtement des guirlandes de myrte, plante qui a donné son nom à la famille du Verticordia. Elles buvaient une libation de coquelicots écrasés avec du lait et du miel, la potion que Vénus était censée avoir bu lors de sa nuit de noces avec Vulcain, le dieu forgeron boiteux.

Une révision du genre en 1991 par le Dr. Alexander Seger George (né en 1939), qui est une autorité mondiale dans les genres Banksia et Dryandra, a conduit à distinguer trois sous-genres : Chrysoma, Chrysorhoe et Verticordia, 24 sections et 102 espèces.

Rossetti Venus Verticordia 1864 8

Du buisson rampant à l’arbuste généreux

Les Verticordia prennent des aspects très variables selon les espèces et même les individus. Beaucoup forment des sous-arbrisseaux à port étalé de 20 à 30 cm de haut, un grand nombre sont des arbustes de 1 à 2 m de haut, à la silhouette plutôt arrondie. Les branches érigées ou étalées, parfois même pendantes, sont garnies de feuilles aux formes très variables, y compris chez le même individu.

Verticordia tumida

Quelques espèces remarquables de Verticordia

Parmi les quelque 102 espèces répertoriées de Verticordia, voici une courte sélection parmi celles que proposent parfois certaines pépinières australiennes, ainsi que quelques plantes moins courantes et qui illustrent bien la diversité morphologique du genre.

• Verticordia chrysantha : c’est un arbuste persistant à port compact, de 30 cm à 1 m de haut, qui porte une abondance de fleurs jaunes, recouvrant totalement la plante d’août à décembre. Très commun, on le rencontre principalement dans les sols sableux et graveleux entre Perth et Albany (sud de l’Australie occidentale).

Verticordia chrysantha

• Verticordia coolomia : mesurant jusqu’à 2,5 m de haut, cet arbuste se distingue par la grande dimension de ses feuilles et la forme de ses fleurs jaune d'or, qui apparaissent entre Octobre et Novembre. Il pousse dans les sols sableux et calcaires dans les forêts claires de Banksia (Proteaceae) et les groupements arbustifs dans des paysages vallonnés.

C’est une plante peu courante découverte par Stephen Hopper en 1979 dans la réserve naturelle de Murchison House Station et dont la première description a été réalisée par Alex George en 1991 seulement.

Verticordia cooloomia 1200

• Verticordia etheliana : Charles Austin Gardner (1896-1970) a dédié cette espèce à Ethel Blackall, la femme du botaniste William Edward Blackall (1876-1941) avec lequel il travaillait. C’est un buisson évasé, parfois prostré, de 30 cm à 2 m de haut, qui se pare de fleurs rouge et blanc de juillet à novembre. Il pousse dans les plaines sableuses de la région de Geraldton au nord de Perth.

Verticordia etheliana 1200

• Verticordia grandis : décrit en 1853 par James Drummond (1787-1863), c’est une espèce originaire de la région sud de la côte ouest de l'Australie. Il forme un arbuste à petites feuilles rondes vert-gris, qui peut atteindre exceptionnellement 3,5 m de haut, d’où son nom. La plupart du temps, Verticordia grandis forme un arbuste plus ou moins buissonnant aux branches semi-horizontales. D'août à mars, la plante se couvre de fleurs rouge lumineux, de 2,5 cm de diamètre.

Verticordia grandis 1200

• Verticordia huegelii : cette espèce, que l’on rencontre surtout dans la région de Geraldton, forme un buisson érigé d’environ 1 m de haut, dont les fleurs parfumées qui s’épanouissent de septembre à novembre, sont d’abord blanc crème, puis évoluent vers le rose puis le rouge marron ce qui donne à la plante un aspect panaché. La plante a été découverte en 1833 par Charles von Hügel (1795-1870) à Swan River, puis décrite et nommée en 1837 par Stephan Ladislaus Endlicher (1804-1849).

verticordia huegelii 3

• Verticordia nitens : c’est un buisson érigé de 50 cm à 1,80 m de haut qui, d’octobre à février se pare de fleurs parfumées d’un beau jaune orangé lumineux. Cette plante du sud-ouest australien, que l’on rencontre uniquement dans les plaines côtières de la région de Swan River, est appelée localement « Chistmas Morrison » du fait de sa période de floraison et en hommage à son découvreur, William Morrison qui explora la région dans les années 1880. Le nom vernaculaire : « Morrison’s featherflower » est également utilisé.

La plante a été découverte en 1830 puis décrite en 1838 par Stephan Ladislaus Endlicher (1804-1849) qui l’appela Verticordia nitida.

Verticordia nitens pousse dans des sols sableux. Le développement urbain de sa région d’origine fait aujourd’hui peser des menaces sur l’avenir de cette espèce très localisée. La culture de cette espèce est assez délicate du fait de sa grande sensibilité au Phytophthora.

Les fleurs de Verticordia nitens sont couramment proposées séchées par les fleuristes australiens pour réaliser des décorations de Noël.

verticordia nitens

• Verticordia nobilis : ce buisson globuleux et peu ramifié, pouvant atteindre 1,70 m de haut, mais mesurant plus couramment entre 50 et 70 cm, se rencontre dans la zone côtière située au nord de Perth. Poussant dans les sables granuleux, il porte une abondance de fleurs jaune orangé d’août à octobre. C’est une espèce assez commune, qui a été décrite et nommée en 1856 par le botaniste suisse Carl Daniel Friedrich Meissner (1800-1874).

Verticordia nobilis

• Verticordia pennigera : cette espèce assez commune, forme un petit arbuste érigé ou prostré de 20 à 60 cm de haut, remarquable par ses fleurs frangées d’un beau rose vif qui s’épanouissent sur une très longue durée entre juillet et avril. Verticordia pennigera pousse dans les sols sableux et graveleux, associé à des rochers granitiques dans le sud-ouest australien entre Geraldton et Albany.

verticordia pennigera

• Verticordia picta : ce petit arbuste de croissance lente, qui adopte des silhouettes très variées, mesure de 20 cm à 1,30 m de haut. De juillet à novembre, il porte des corymbes de fleurs en coupe, roses à pourpre, délicieusement parfumées. Ce fut la première espèce de Verticordia à être décrite en 1838 par Stephan Ladislaus Endlicher. On rencontre rarement cet arbuste en culture car sa multiplication s’avère très difficile.

Verticordia picta

• Verticordia plumosa : cet arbuste à port étalé qui atteint 1,50 m de haut, porte des feuilles linéaires très petites. De juillet à février des bouquets de fleurs parfumées rose-mauve, évoluent vers les rouge pourpre. La plante est commune dans les zones rocailleuses de la pointe sud-ouest de l’Australie, entre Perth, Albany et Esperance. Cette espèce a d’abord été décrite en 1819 sous le nom de Chamelaucium plumosum par le botaniste français René Louiche Desfontaines (1750-1833), puis le Suisse Augustin Pyrame de Candolle (1778-1841) l’a nommée Verticordia fontanesii en 1828, avant que le Britannique George Clardidge Druce (1850-1932) lui donne son nom définitif de Verticordia plumosa en 1916.

verticordia plumosa

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...