PRIMEVÈRE OFFICINALE : APPELEZ-MOI COUCOU…

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : vendredi 14 novembre 2014 10:41

Affichages : 9528

Vote utilisateur: 4 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles inactives
 
Catégorie : TOUT SUR LES PLANTES

Addisonia vol.16 1931Poussant sur le bord des chemins d’Europe, la primevère de printemps ou primevère officinale est aussi appelée primevère jaune en raison de la couleur de ses fleurs et primevère vraie, d’où son nom botanique Primula veris que lui a donné en 1753 le fameux naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778). C’est une des toutes premières fleurs sauvages du printemps et une excellente plante pour le jardin… ou même le balcon. On la nomme communément « coucou ».

 

Commune dans les prés calcaires, aussi bien en plaine qu’en montagne, et présente dans toutes les régions de France, Primula veris est une petite plante vivace formant une rosette de feuilles de 10 à 20 cm de long, oblongues ou ovales, gaufrées, parfois dentelées, vert moyen, persistantes ou semi-persistantes. Dès les premiers jours du printemps, elle développe une hampe florale de 20 cm de haut, terminée par une ombelle de fleurs tubulaires. Chez ces dernières, le calice est soudé à la corolle concave. Mesurant de 15 à 25 mm de long, elles s’épanouissent dans un jaune lumineux, parfois légèrement tacheté d’orangé. La floraison qui peut se prolonger jusqu’en mai, exhale un léger parfum sucré.

Primula veris Sauvage MAP AGU GIP0008201

Us et coutumes de coucou

Les fleurs de coucou sont très appréciées des abeilles car riches en nectar, ce qui est relativement rare en début de printemps.

Jadis, à la campagne, les enfants avaient l’habitude de cueillir les coucous dans les champs et d’en faire de gros bouquets ronds qui servaient à parfumer les maisons les plus modestes durant quelques jours.

Le coucou est associé à la fête des Rameaux (le dimanche qui précède Pâques). Il était de coutume à cette occasion de disposer sur les tombes, des potées de primevères de printemps, dans une tradition similaire à celle des chrysanthèmes à la Toussaint. Les raisons du choix de la plante sont d’ailleurs identiques, à savoir leur époque de floraison précoce pour l’une, tardive pour l’autre.

Primula veris Bouquet

La Ligue de la primevère

La petite histoire veut, que, en Angleterre, vers la fin des années 1870, alors que Benjamin Disraeli (1804-1881) venait d’être reconduit par la reine Victoria pour un second mandat de premier ministre, lors d’un bal donné en l’honneur de ce leader du parti conservateur, une jeune femme fit une entrée remarquée parce qu’elle portait pour seul bijou une couronne de coucous. Elle avait cueilli les fleurs elle-même dans un pré voisin. Séduit par cette charmante présence bucolique, Benjamin Disraeli, qui fut également un auteur de romans réputé et qui portait le titre de 1er comte de Beaconsfield, veilla à porter chaque printemps une fleur de coucou à sa boutonnière.

Lors des funérailles de Disraeli, la Reine Victoria (1819-1901) fit personnellement envoyer une couronne de primevères avec un mot écrit de sa main. En 1883, il fut fondé en son honneur la « Ligue de la primevère », notamment par Randolph Churchill (1849-1895), le père de Winston. Les membres se faisaient un honneur de déposer chaque 19 avril (jour du décès de Disraeli) des bouquets de coucous sur sa tombe et des couronnes sur ses statues. La Ligue de la primevère (Primrose league) fut active jusque dans les années 1860.

Primrose League-Insigne

Vous prendrez bien un peu de coucou…

Les jeunes feuilles du coucou se consomment cuites à la vapeur, ou en soupe, avec des pommes de terre et des oignons. On s’en sert aussi parfois pour aromatiser le thé.

Les fleurs peuvent décorer des salades. Mais on en prépare aussi une boisson apaisante en les faisant fermenter dans du vin, du miel et du citron. La macération donne un breuvage naturellement pétillant, le coucou renfermant une concentration importante d’acide carbonique.

Primula veris MAP ADE GIP141113002

Le coucou qui guérit

Au douzième siècle, Sainte Hildegarde recommandait le coucou contre la mélancolie, la paralysie et l’apoplexie. Après avoir été délaissée plusieurs siècles, elle est revenue en grâce à la Renaissance.

De nos jours, on a confirmé que les racines (en réalité les rhizomes) de la primevère vraie et à un degré moindre les feuilles et les fleurs, possèdent des vertus expectorantes, d’où son nom courant de « primevère officinale ». La décoction de racine se prépare à raison de 30 g/l ; il faut en prendre trois tasses par jour bien sucrées. Avec son goût d’anis dû à la présence de primuline et de primulavérine (des glucosides), cette tisane permet de lutter contre les affections respiratoires, notamment les bronchites.

Les fleurs hachées, mélangées à du miel dilué dans un peu d’eau constituent un remède apprécié contre la toux.

Les feuilles bouillies appliquées chaudes sur les articulations calment les rhumatismes.

Primula veris BilderurNordensFlora 1922

Une plante que tout le mmonde peut réussir

Le coucou est une plante qui apparaît souvent spontanément dans les pelouses si l’on ne tond pas trop tôt au printemps. Il est aussi possible de s’en procurer des graines ou des plants (voir « shopping » ci-dessous). Sa simplicité et sa facilité à se propager naturellement font conseiller cette primevère dans les jardins de style naturel, mais on peut aussi l’accueillir en bordure des massifs d’arbustes, une exposition mi-ombragée lui étant plutôt favorable.

Mon conseil : supprimez les hampes florales fanées, puis apportez un engrais organique liquide pour que la plante se développe vigoureusement.

Primula veris Pot MAP 30323 CNI

Shopping

Cliquez ici pour vous procurer des graines de primevère officinale

Cliquez ici pour vous procurer des plants de coucou : 

Cliquez sur le lien pour découvrir les autres plantes que l’on nomme coucou

Toutes les photos qui illustrent cet article sont disponibles sur : www.map-photos.com

Primula veris Columnae MAP CNI GIP141113004 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...