ESTRAGON : LA PLANTE QUI PROTÈGE DES DRAGONS !

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : mercredi 24 décembre 2014 17:05

Affichages : 5424

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Estragon-detoure-L’estragon est une armoise : Artemisia dracunculus de son nom scientifique. La dénomination de l’espèce signifie littéralement « petit dragon », du grec drakon, dragon. Les médecins célèbres de l’Antiquité tels Hippocrate (-460 à -370) et Pline l'Ancien (23-79) ont relayé dans leurs écrits une croyance populaire estimant, en raison de l’aspect serpentiforme des racines de la plante, que l'estragon assure une protection contre les morsures de serpents et autres bêtes venimeuses, parmi lesquelles on comptait aussi à l’époque… les dragons !

 

 

Artemisia est un genre créé en 1753 par Carl von Linné (1707-1778). Il évoque la déesse de la chasse Artémis de la mythologie grecque (Diane chez les Romains), qui était aussi associée à la lune et considérée comme protectrice des femmes dont elle régularisait le cycle. Or, les feuilles de l’armoise commune (Artemisia vulgaris) ont longtemps été utilisées dans ce but en infusion.

Artemisia vulgaris  Flora Batava  Volume v19

De très nombreux noms vernaculaires pour l’estragon

D’après « Le Grand Robert de la langue française », le terme estragon est apparu dans la langue française en 1601. Un siècle plus tôt, on disait estargon, altération de targon qui était employé au seizième siècle. Selon les régions et les époques, l’estragon a été baptisé de diverses façons : armoise âcre, arragone, dragon, dragonne, estragon français, estrôon vrai, fargon herbe dragon, gardon, petit serpent, serpentine, tarchon, targon, tarragon. Ce dernier nom est d’ailleurs celui que lui donnent les Anglais.

Estragon MAP ADE GIP0025590

l'estragon, plante aromatique venue d’Orient

C'est à Jean Ruel (Ruellius) (1479-1537), doyen de la faculté de Médecine de Paris, médecin de François 1er,puis chanoine de Notre Dame de Paris, que nous devons la première description botanique de l’estragon en 1536 dans son traité « De natura stirpium libri tres ».

Originaire d’Asie centrale, l’estragon a été introduit en France par les Croisés la fin dutreizièmesiècle sous le nom arabe tcharchoum ou tarkhum selon les prononciations, qui a évolué entarcon, puis en « estragon ». La plante n’a pratiquement pas été utilisée jusqu’à la fin du Moyen-Âge. L’estragon figure toutefois dans le Capitulaire de Charlemagne (huitième siècle) en tant que remède contre les maux de dents.

Estragon-Mioulane MAP NPM GIP0024888

Gare à la déception avec l’estragon de Russie !

Quant à l’estragon de Russie que l’on trouve communément sous forme de graines dans les jardineries (et parfois même en plants), il s’agit simplement e la forme fertile de l’estragon (la forme la plus aromatique est stérile et ne se multiplie que végétativement). Certains lui attribuent le nom bien adapté : Artemisia dracunculus var. inodora, mais cette appellation est impropre au plan botanique.

Estragon-Russie

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...