LE 3 MAI, C’EST LE JOUR DU CHAMAEROPS

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : mardi 3 mai 2016 19:00

Affichages : 938

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Chamaerops VIgnette Mioulane MAP NPM 914377758Dans le calendrier républicain français, le quatorzième jour du mois de floréal, est officiellement dénommé jour du chamérops (pour certains c’est aussi le jour du chamérisier ou chèvrefeuille des haies). Créé en 1753 par l’inévitable naturaliste suédois Carl von Linné (1707 -1778), le genre Chamaerops (famille des palmiers, les Arecaceae) doit son nom au grec chamae (petit), et rhops (buisson ou broussaille), en référence aux spécimens habituellement très compacts que l’on rencontre à l’état sauvage dans des zones sèches et broussailleuses du maquis méditerranéen. En culture et avec l’âge, ce « palmier nain » peut en réalité prendre des dimensions conséquentes, atteignant de 6 à 8 m de haut et formant une touffe imposante.

Le palmier le plus septentrional

Appelé couramment « palmier de Méditerranée » ou « faux palmier doum », Chamaerops humilis est l’une des deux seules espèces de palmiers natifs d’Europe, avec le rare Phoenix theophrasti, endémique de Crète, également présent en Turquie.

Chamaerops humilis pousse dans des zones sèches, sur des terrains rocailleux ou sableux, du bord de mer jusqu’à 1 200 m d’altitude (au Maroc), dans un climat plutôt froid en hiver. Certaines populations naturelles sont régulièrement couvertes de neige. On le rencontre à l’état sauvage jusque dans le Var qui constitue la limite nord de sa zone géographique. Il n’est pas présent en Corse.

Chamaerops humilis Zingaro

Une seule espèce valide aujourd’hui

Chamaerops est un genre monotypique, c’est-à-dire qu’il ne comprend qu’une seule espèce : Chamaerops humilis, ce qui étymologiquement signifie « bas », ce palmier étant quasiment acaule (sans tige) dans la nature.

Chamaerops humilis Jeune Sujet Mioulane NewsJardinTV

La nomenclature botanique internationale reconnaît aussi une variété naturelle : C. humilis var. argentea que l’on appelle aussi « palmier méditerranéen bleu » en raison de ses palmes glauques. Ce palmier très décoratif pousse au Maroc dans l’Atlas où on le rencontre jusqu’à 1 700 m d’altitude.

Chamaerops humilis argentea

On trouve encore parfois mention de l’espèce Chamaerops excelsa dont le nom dû  au botaniste explorateur Suédois Carl Peter Thunberg (1743-1828), date d’août 1784. Mais cette appellation a été invalidée par la nomenclature actuelle. Elle est synonyme de Trachycarpus fortunei (palmier de Chusan) et de Rhapis excelsa.

Un palmier très intéressant pour nos jardins

Chamaerops humilis est un splendide palmier, couramment proposé par les jardineries. Il se distingue par son caractère drageonnant qui lui permet de constituer une touffe de plusieurs stipes (troncs). Rustique jusque dans l’Île-de-France s’il est bien exposé au soleil, il est très apprécié pour son port compact et buissonnant qui permet une culture de longue durée en bac (30/40 cm de profondeur minimum). On lui attribue une bonne résistance au froid qui varie de -8 à -12 °C selon l’humidité du sol, l’exposition et la durée de la période de gel. Du fait de son origine géographique, Chamaerops humilis supporte bien la sécheresse.

Chamaerops Toscane Mioulane MAP NPM 719511094

Le pétiole armé de redoutables épines est terminé par une feuille en forme d’éventail qui peut dépasser 50 cm de diamètre. Dans les régions méridionales, le palmier nain fleurit dans le courant juin en généreux spadices (épis entourés d’une spathe) jaune doré unisexués. Comme de nombreux palmiers, Chamaerops humilis est généralement dioïque, fleurs mâles et femelles étant portés par des plantes différentes. Les fruits orangés ne sont pas comestibles.

Chamaerops Floraison Mioulane MAP NPM 719510898

Deux ravageurs particulièrement redoutables

Bien que beaucoup moins sensible que les Phoenix (dattier des Canaries), Chamaerops humilis n’est pas épargné par les attaques de la chenille du papillon palmivore (Paysandisia archon) ou des larves du charançon rouge des palmiers (Rhynchophorus ferrugineus). Après une forte attaque, les palmes tombent et le stipe pourrit, ce qui entraîne la mort du palmier. Une lutte appropriée est obligatoire.

RhynchophorusLarve

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

UN YUCCA BIEN MAL EN POINT
Question du jour
16-11-2017
  Je vous fais parvenir des photos de mon yucca qui dépérit. Quelle en est la cause et que faire ? Les symptômes que présente la plante sont caractéristiques de conditions de culture...
UNE MONSTRUOSITÉ VÉGÉTALE
Question du jour
12-11-2017
  Cette étrange plante a poussé dans mon jardin. La connaissez-vous ? Il n’est pas facile au premier regard d’identifier la vipérine (Echium vulgare) sur cette image, car la plante...
LES JARDINS DE L’ÎLE AUX FLEURS
Le livre du jour
05-11-2017
  Jardins de la Martinique (Isabelle Specht – Hervé Chopin Éditions – 28,50 €). Bien que paru depuis la fin mai dernier, ce livre, ublié avec le soutien de la Fondation Clément,...