RENCONTRES SUCCULENTES AU YÉMEN, À LA RECHERCHE DU PHOENIX…

Joel Lodé
Écrit par Joel Lodé

Publication : jeudi 29 janvier 2015 16:51

Affichages : 5320

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

phoenix caespitosa floraisonEn 2009, l’Université de Murcie en Espagne, m’a confié une mission dans le but de glaner un maximum d’informations sur Phoenix caespitosa, un palmier extrêmement rare, connu seulement en Somalie et au Yémen. J’ai ainsi pu explorer l’unique vestige de forêt existant encore en Arabie, mais également diverses zones désertiques où j’ai pu m’en donner à cœur joie dans l’observation des plantes succulentes et même de quelques cactus. Un moment fort en découvertes botaniques que je vous invite à partager…

 

Couvrant environ 528 000 km² au sud-ouest de la Péninsule arabique, le Yémen est un pays couvert de déserts au climat austère. C’est une région très montagneuse, à peu près aussi grande que la France. Les quelque 26 millions d’habitants issus de tribus diverses sont répartis en 21 gouvernorats, mais ils se concentrent principalement dans la capitale, Sana’a, située à 2 200 m d’altitude, qui accueille une population supérieure à 2 millions de personnes.

Sanaa HPIM2332

Le Yémen conserve ses traditions d’antan

C’est un pays magnifique doté d’une histoire et d’une culture complexes, qui fait bouscule le visiteur en le faisant passer brutalement et à tout moment de l’ère médiévale à la plus grande modernité. Sur les toits de masures en terre, fleurissent des antennes paraboliques, tandis que les femmes demeurent de simples ombres, comme depuis les premiers temps de l’Islam.

Autre contraste surprenant, les hommes conservent toujours la jambiya, ce poignard traditionnel à lame recourbée, bien à côté du plus récent smartphone qui complète sans complexe la panoplie du parfait Yéménite.

Yemeni Man with jambiya

 Une nature extrême, entre déserts et vallées verdoyantes

Les déserts de dunes sont assez nombreux, avec des formations typiques de dunes parallèles dont le graphisme s’apprécie mieux vu du ciel. L’érosion intense modèle le paysage de cicatrices profondes et gigantesques.

À haute altitude, l’humidité provoque une froide condensation qui fait descendre les nuages jusqu’au niveau des hautes vallées. L’eau s’y concentre et permet la croissance de la végétation ce qui permet la pratique de l’agriculture, l’une des principales ressources. Ce contraste étonnant aux images fortes constitue ma première approche avec le Yémen.

Hadramout Yemen P1190971

Une sorte de fusain stimulant et euphorisant

Lieu obligé des visites touristiques au Yémen, le « Rock Palace » de Wadi Dhar, est aussi une manière de plonger dans une autre culture plus… agricole. Je veux parler du qat ou khat (Catha edulis), un arbuste de la famille des Celastraceae (comme le fusain), devenu un véritable fléau social. C’est une drogue locale quotidiennement présente dans la vie des Yéménites qui mâchent des feuilles fraîches à longueur de journée, ingurgitant ainsi de la cathinone et de la cathine aux effets psychotropes avérés.

Catha edulis

Quelques plantes succulentes pour connaisseurs

Le palace bâti au sommet d’un rocher, exprime à la fois le pouvoir et la richesse réservés à quelques sultans d’hier et d’aujourd’hui. Passant inaperçu pour le commun des mortels, mais provoquant une intense émotion chez les succulentophiles, la floraison d’Euphorbia ammak, décore le palais forteresse de son imposante présence.

Euphorbia ammak

Plus discrète, mais n’échappant pas à mes yeux perçants de chercheur de trésors botaniques, Kleinia odora (Asteraceae) est présent aussi bien dans l’enceinte du palace que tout au long de la route qui y mène. C’est un buisson étalé aux tiges cylindriques très ramifiées, terminées par des fleurs jeunes un peu échevelées.

Kleinia odora

Phoenix caespitosa, un palmier rarissime

Le site d’exploration où j’ai été envoyé pour étudier Phoenix caespitosa se nomme Jabal Bura. Ce palmier au tronc court, qui pousse en touffes à proximité des oasis ou des sources souterraines, développe des palmes pouvant mesurer 3 m de long. Il n’est plus présent que sur deux sites, dont l’autre s’avère impossible à visiter en raison d’une forte menace terroriste dans la région.

L’Université de Murcie réalise depuis plusieurs années un travail sur le genre Phoenix, et il manque énormément d’informations sur l’espèce P. caespitosa. J’ai donc eu la chance d’observer cette espèce rare, de fournir de nouvelles données végétatives et de rapporter du matériel utile à l’étude globale du genre.

Phoenix caespitosa a été décrit et nommé en 1929 par le botaniste italien Emilio Chiovenda (1871-1941). Il a pour synonyme Phoenix arabica.

Phoenix caespitosa Wadi Rijaf Jabal Bura Yemen P1210030

Premières observations de plantes succulentes

Dans les ruelles de la vieille ville, des succulentes sont déjà présentes, avec l’arbre à encens de la péninsule arabique Boswellia sacra (Burseraceae) et même des cactées puisque l’on y vend les fruits d’Opuntia dillenii.

Mes accompagnateurs obligés, à savoir chauffeur et traducteur, ont affrété un véhicule apte à transporter les kilos d’autorisations destinées à tous les contrôles auxquels nous serons obligatoirement soumis.

Au sortir de Sana’a, à Suq al Samil, les montagnes sont couvertes d’Euphorbia cactus et de sa superbe variante Euphorbia cactus v. aureovariegata qui possède des dessins très caractéristiques. Ces plantes sont accompagnées de l’omniprésent Kleinia odora, et même de figuiers de Barbarie (Opuntia ficus-indica). Fait également partie de cette communauté végétale : Euphorbia inarticulata.

Euphorbia inarticulata El Dinara Yemen P1210089

Autre Euphorbiacée très intéressante, Jatropha spinosa, qui croît dans des zones ouvertes rocailleuses, nous fait la grâce de ses fleurs et de ses fruits. À cet endroit, on peut aussi observer Fagonia indica (Zygophyllaceae), Barleria spinicyma (Acanthaceae) qui porte bien son nom, et un superbe petit buisson à fleurs rouges : Hibiscus deflersii (Malvaceae).

Jatropha spinosa Haima Yemen P1210129

Des plantes très variées qui aiment les cailloux

Sur des terrains très divers, mais spécialement caillouteux, on trouve presque partout dans cette région, Aloe vacillans, qui fait beaucoup penser à Aloe vera. Chose curieuse, il existe une forme à fleurs rouges qui accompagne celle à fleurs jaunes de manière quasi systématique. À part la couleur des fleurs, il est difficile de trouver une différence.

Aloe vacillans Opuntia dillenii El Dinara Yemen P1210113

Kleinia odora est à nouveau de la partie, accompagné de Sarcostemma viminale une Asclépiadacée (désormais Apocynaceae, mais je ne m’y fais toujours pas !) lianiforme à port rampant ou retombant, très commune chez les collectionneurs de succulentes. Cette plante que l’on rencontre aussi à La Réunion sous le nom de « liane sans feuille », développe des tiges cylindriques, qui portent des fleurs verdâtres très odorantes. Elle se plaît sur les rochers bien exposés.

Sarcostemma viminale

Rencontre avec deux sansévières très peu courantes

Il existe sur ce site une plante absolument remarquable. Il s’agit de Sansevieria ehrenbergii. Cette Asparagacée, que les Anglo-Saxons appellent la sansévière bleue ou le sisal sauvage d’Afrique de l’Est, forme des touffes assez compactes dont les feuilles dépassent 1 m de haut. La plante croît aussi bien dans la végétation environnante à mi-ombre, qu’en plein soleil dans les cailloux. J’ai eu la chance de pouvoir observer sa jolie floraison blanc verdâtre tout échevelée.

Sansevieria ehrenbergii Haima Yemen P1210117

Croissant de manière sympatrique (coexistant dans la même zone géographique), une autre espèce vit aussi dans cette région de forêts : Sansevieria forskaliana, moins spectaculaire que S. ehrenbergii, il faut l’avouer, mais non moins intéressante en raison de la forme concave de ses feuilles souvent glauques.

Sansevieria forskaliana

Des cousins de la vigne assez inattendus

Une autre surprise est la présence d’Adenium obesum dans cette région plutôt favorisée par les précipitations et qui bénéficie d’une végétation verdoyante. Mais il est vrai que le sol est particulièrement drainant.

Il est possible de voir dans les arbres une Vitacée grimpante en pleine forme : Cissus quadrangularis. Cette plante pousse aussi bien sur le sol, parmi les rochers, et même parfois en compagnie d’un congénère avec lequel il partage l’habitat : Cissus rotundifolia, que j’ai également observé dans le nord du Kenya.

Cissus quadrangularis

Les étoiles malodorantes des Caralluma

Dans ce biotope je soupçonne la présence d’autres plantes très intéressantes dont des Caralluma. Ces ex-asclépiadacées (aujourd’hui Apocynaceae) se caractérisent par l’odeur de putréfaction de leurs fleurs par ailleurs magnifiques. Une puanteur destinée à attirer les mouches qui assurent leur pollinisation.

L’espèce qui se cache ici sous la végétation, mais qui se trouve d’ordinaire en plein soleil est Caralluma quadrangula, mais elle n’est malheureusement pas en fleurs à cet endroit. Je la découvrirai fort heureusement le lendemain à El Dinara en tout début d’épanouissement avec ses corolles jaunes en forme d’étoiles.

Caralluma quadrangula

Beaucoup plus grande, atteignant facilement 1 m de hauteur, Caralluma penicillata vit en compagnie de l’espèce précédente. Elle fleurit presque en même temps. Il est possible qu’il existe des hybrides naturels, car les mouches qui les fécondent ne sont pas très regardantes. On trouve des semis spontanés dans les crevasses ou au pied des rochers. Quelques pieds en fleurs démontrent une extrême variabilité de la couleur.

Caralluma penicillata El Dinara Yemen P1210100

Quelques raretés en guise d’apothéose

À El Dinara la flore est principalement composée des faux jumeaux Aloe vacillans. On retrouve également des buissons d’Euphorbia inarticulata et Jatropha spinosa, mais aussi une euphorbe peu facile à trouver qui pousse à cet endroit : Euphorbia cuneata. Elle se caractérise par ses feuilles arrondies à leur extrémité et des fleurs peu visibles, mais superbes.

Euphorbia cuneata

Beaucoup plus rare à observer dans l’habitat, bien que ce soit l’espèce la plus commune, Rhytidicaulon macrolobum (Apocynaceae) montre des fleurs plutôt discrètes car minuscules et assez sombres. C’est une plante très mimétique, mais vues de près, les corolles sont vraiment extraordinaires et dotées d’une assez grande variabilité.

Rhytidicaulon macrolobum P1210505

Toutes ces découvertes succulentes ne me font pas oublier le travail de recherche sur les Palmiers, et je me plais à observer d’autres plantes intéressantes et assez rares, comme Hyphaene nodularia qui fait partie des palmiers poussant bien dans les zones désertiques.

Il me reste désormais à me rendre sur l’île de Socotra, pour continuer mon enquête à la recherche du Phoenix. Je ne sais pas encore qu’en plus du palmier dattier, je pars à la rencontre de l’oiseau légendaire… À suivre…

Hyphaene nodularia Wadi Rigaf Bajil Yemen P1210069

Commentaires   

Président
0 #2 Président 12-09-2017 15:50
Nous sommes ravis que cet article vous ait plu. N'hésitez pas à faire connaître NewsJardinTV auprès de vos amis qui aiment les plantes, les jardins et le jardinage, ainsi que notre chaîne YouTube sur laquelle nous présentons plusieurs centaines de vidéos 100 % jardin ! Bien cordialement. MiouMiou
Citer
BEL J
0 #1 BEL J 12-09-2017 15:12
BRAVO, belle présentation pour un pays que l'on aime, où l'on travaille, tous deux depuis si longtemps.
Nouvelle publication prochaine : carnets de mission (botanique) avec Théodore Monod, au Yémen et en Hadramawt. Parution au printemps 2018. Amicalement.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

COMMENT FAIRE FLEURIR UN QUAMOCLIT ?
Question du jour
11-10-2018
J’ai essayé plusieurs fois de cultiver un Quamoclit coccinea, mais il ne fleurit pas. Merci de me fournir votre explication. Je fais pousser les graines et les plantes se trouvent ensuite dans un...
DÉSIRÉ BOIS, UN GRAND JARDINIER VULGARISATEUR
Botanistes et jardiniers
11-10-2018
Le 09 octobre 1856 : naissait à Granville dans la Manche, Désiré Georges Jean Marie Bois, horticulteur et botaniste français, mort le 2 février 1946 à Saint-Mandé, Val-de-Marne. Il...
TAILLER, CE N’EST PAS MASSACRER…
Question du jour
16-04-2018
Je vous joins la photo de mon magnolia après la taille, qu’en pensez-vous ? Merci pour votre photo, mais c’est vraiment une catastrophe. Il est vraiment désolant de voir un arbre dans cet...