DÉSHERBER AVEC DES SUBSTANCES D’ORIGINE NATURELLE, C’EST FACILE

Sophie Gori
Écrit par Sophie Gori

Publication : mercredi 3 juin 2015 23:28

Affichages : 4490

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Desherbant FinalsanSi l’on doit légitimement privilégier le désherbage manuel dans les zones cultivées, en revanche, sur les allées, les terrasses, dans les cours, les patios, sur les trottoirs, voire au pied d’un mur ou d’une clôture, l’utilisation d’un herbicide représente souvent la solution la plus pratique et la plus efficace. Quant à employer un produit, autant qu’il soit constitué d’une substance active présente dans la nature, qui sera très rapidement dégradée par la microfaune du sol. C’est ce que propose la marque allemande Neudorff avec la gamme des désherbants Finalsan® qui peuvent être utilisés à la fois par les jardiniers amateurs et les professionnels des espaces verts.

 

 

Quand le géranium rend un service inattendu aux jardiniers…

Spécialistes de la recherche et de l’exploration des vertus que possèdent les substances naturelles pour l’agriculture, les chercheurs de la société Neudorff ont découvert que l’acide pélargonique, un acide gras à longue chaîne, présent dans la nature, interrompait l’échange des molécules entre les cellules végétales, tout en provoquant des ruptures de la perméabilité des membranes (parois externes). Sous l’action de cet acide gras saturé, qui au premier contact détériore la couche cireuse recouvrant la cuticule des feuilles, les plantes se vident de leurs substances ce qui provoque leur dessèchement rapide. Les mauvaises herbes traitées brunissent en quelques heures seulement.

Molecule Acide Pelargonique

Appelé aussi acide nonanoïque, l’acide pélargonique a d’abord été découvert chez une plante sud-africaine cousine du géranium de nos balcons (Pelargonium zonale), à savoir Pelargonium graveolens. Cette espèce est couramment nommée « géranium rosat » car on en cultive différents hybrides pour leur essence au parfum de rose.

On sait depuis, que de l’acide pélargonique est produit par d’autres plantes, notamment la rue (Ruta graveolens).

Pelargonium graveolens Mioulane MAP NPM 850318669

Une action rapide et spectaculaire

Lorsque la température ambiante atteint 25 °C, il suffit de trois heures pour que les plantes traitées soient fanées. Après 24 heures, les feuilles sont desséchées. Mais les désherbants Finalsan® se montrent efficaces même par faibles températures (à partir de 10 °C). Il est ainsi possible de désherber : allées, chemins et trottoirs du printemps à l’automne.

Les conditions de température au moment du traitement influent sur la rapidité́ d’action. Lorsque la température extérieure est proche de 10 °C, l'effet est visible après̀s 2 à̀ 4 jours. Ne traitez pas en période de gel ni lorsque la pluie semble imminente, afin d'éviter qu'il soit lessivé.

Selon l’importance de la végétation à éliminer, un second traitement entre 3 et 8 semaines après la première application, peut s’avérer nécessaire.

Finalsan application NewsJardinTV

Une nouvelle génération d’action longue durée

Si le résultat d’un traitement à l’acide pélargonique est rapide et spectaculaire, il se limite à une action de contact. Le feuillage est détruit (ce qui suffit pour éliminer radicalement les mauvaises annuelles), mais pas les racines d’où la nécessité de renforcer la composition afin de détruire les espèces vivaces fortement ancrées dans le sol.

C’est ce qui a conduit Neudorff à créer le désherbant Finalsan® Ultima Jardin. Ce produit associe l’acide pélargonique à une faible dose d’Hydrazide maléique, un régulateur de croissance couramment utilisé comme inhibiteur de germination des pommes de terre. Grâce à l’action systémique de l’Hydrazide maléique, l’herbicide pénètre dans la plante, puis il est véhiculé par les canaux de circulation de la sève. Il agit ainsi jusqu'aux racines, en bloquant la division des cellules ce qui empêche la repousse. Deux applications à une semaine d'intervalle suffisent pour venir à bout des vivaces, les plus coriaces.

Bien que d’origine chimique, l'hydrazide maléique est un composé organique (il renferme du carbone). N’étant pas classé sur le plan toxicologique, il est considéré comme non toxique pour l'homme et l'environnement.

desherbant finalsan ultima

Les humains et les animaux (sauvages ou de compagnie) peuvent retourner sur les parcelles traitées dès que la préparation pulvérisée a séché (minimum 6 heures). Toutefois, il est préférable de laisser au repos durant une journée les surfaces ayant été traitées, afin que le produit puisse agir complètement.

Logo chien chat Finalsan

Une action sur tous les types d’herbes indésirables

La combinaison unique de sa matière active, l’acide pélargonique et d’un régulateur de croissance agit efficacement, rapidement et durablement sur la végétation sauvage indésirable (les mauvaises herbes ou adventices). Une plante qui pousse au mauvais endroit au mauvais moment est qualifiée par les jardiniers de « mauvaise herbe » car elle dérange… Elle entre en compétition avec les végétaux cultivés pour l’eau, les éléments nutritifs, la lumière, tout en occupant une place souvent précieuse dans nos jardins de plus en plus petits.

Allee dallage herbe MAP STF3478 GWI

Le désherbant Finalsan® Ultima Jardin permet de lutter aussi bien contre les espèces annuelles : amarante, chénopode blanc, folle avoine, gaillet, mercuriale, moutarde sauvage, pâturin annuel, stellaire, véronique, etc. que les adventices vivaces : armoise, chardon, chiendent, consoude, euphorbe, laiteron, liseron, ortie, oseille sauvage (rumex), pissenlit, plantain, potentille rampante, prêle, renoncule, renouée, trèfle, tussilage, etc.

Ortie Mioulane MAP NPM 90290806

Les désherbants de la gamme Finalsan® n’agissent que sur les plantes avec lesquelles ils sont entrés en contact. Pour une bonne efficacité, il faut donc les vaporiser sur et sous le feuillage, bien sec, des mauvaises herbes, mais sans provoquer de ruissellement. En ciblant précisément les plantes à éliminer, par exemple avec le pulvérisateur des « Prêts à l’emploi », il est même possible d’intervenir ponctuellement entre les cultures. Notez que les parties ligneuses (bois) ne sont pas agressées par le produit, d’où la possibilité de traiter au pied des troncs des arbres et des arbustes.

Finalsan Pret a lemploi NewsJardinTV

Conditions et précautions d'emploi :

• Diluez 1 l de Finalsan Ultima jardin Concentré dans 5 l d'eau pour obtenir 6 l de solution de désherbage. Un bidon permet de traiter 60 m².

• Portez des gants en nitrile (étanches).

• Avec le prêt à l’emploi, destiné au traitement sur quelques plantes, pulvérisez 100 ml/m² de mauvaises herbes.

• Appliquez les désherbants Finalsan® au printemps ou en été, sur de jeunes herbes indésirables en pleine croissance (idéalement lorsque les plantes mesurent moins de 10 à 13 cm de haut).

Finalsan dosage NewsJardinTV 2

• Lors de son application, le Finalsan Ultima jardin Concentré peut provoquer une sensation de picotement dans les muqueuses du nez, sans aucun risque pour l’applicateur s’il n’y a pas de contact direct avec le produit.

• Ne pas rejeter dans l’évier, le caniveau ou tout autre point d’eau les fonds de bidon non utilisés.

• Pour protéger les organismes aquatiques, ne pas appliquer le produit à moins de 5 m d’un point d'eau (puits, mare, étang, ruisseau, rivière…).

• Ne pas utiliser la préparation dans toutes les situations où le risque de ruissellement est important.

• Utilisez les produits phytopharmaceutiques avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette et les informations concernant le produit.

Desherbage pulverisateur NewsJardinTV

Une manière écologique d’éliminer les mousses sur les surfaces dures

Contrairement à la majorité des herbicides « classiques », l’acide pélargonique a montré une bonne efficacité sur les mousses et les algues, d’où une homologation spécifique pour cet usage. Neudorff propose donc dans sa gamme : « Anti-mousse prêt-à-l’emploi » dosé à 31,02 g/l d’acide pélargonique et « Anti-Mousse et Algues Concentré » (186,7 g/l) que l’on dilue à raison de 50 à 100 ml /l d’eau selon l’importance de l’infestation. L’application s’effectue au pulvérisateur (1 l/m2).

Après le dessè̀chement des mousses traitées, il suffit de les décoller avec un balai-brosse ou un nettoyeur haute pression.

Compatibles avec la plupart des matériaux les anti-mousse à base d’acide pélargonique peuvent être utilisés sur : béton lavé, dalles et pavés en pierre naturelle ou reconstituée, rocailles, statues, stèles, pierres tombales, monuments, courts de tennis, pistes d’athlétisme, etc.

Évitez d’appliquer le produit sur des surfaces métalliques : gouttière en cuivre, zinc., grilles, portails, etc et ne pas appliquer sur les matériaux en résines (plastiques). En cas de doute, il suffit de réaliser au préalable un test sur une petite partie non visible de la zone à traiter.

Finalsan Origine naturelle NewsJardinTV

Acheter un herbicide Finalsan

Les produits de la gamme Finalsan sont disponibles dans les jardineries, les grandes surfaces de bricolage et les Libres Services Agricoles (Lisa). Si vous désirez les acquérir directement via Internet, cliquez sur les liens (texte en bleu souligné)

• Le Prêt à l’emploi : nom homologué : Désherbant Finalsan® Ultima AF. A.M.M. n°2090124. détenteur de l’AMM : W. Neudorff GmbH KG, Emmerthal, Allemagne. 31,02 g/l (3,1 % m/m) Acide Pélargonique (CAS n°112-05-0) 4,95 g/l (0,05 % m/m) Hydrazide Maléique (CAS n°123-33-1). Sans classement toxicologique. Emploi autorisé dans les jardins. Prix de vente moyen : 9  € le vaporisateur de 750 ml.

• Le Concentré : nom homologué : Finalsan® Ultima Jardin. AMM n°2120174. 186,7 g/l Acide pélargonique (CAS N°112-05-0), 30 g/l Hydrazide maléique (CAS N°123-33-1). Formulation : Concentré soluble. Dose homologuée : 16,6 ml/m². Sans classement toxicologique. Emploi autorisé dans les jardins. Prix de vente moyen : 19,90 € le bidon d’un litre.

Patrick Mioulane Finalsan NewsJardinTV 3

Commentaires   

President
0 #7 President 05-05-2016 09:17
L'épilobe en épi (Chamerion angustifolium) est une solide plante vivace qui, une fois développée ne sera pas mise à mal de manière définitive par les herbicides à base d'acide pélargonique. Ces derniers se limitent à brûler la partie aérienne des plantes, voire les racines superficielles, mais ils ne présentent pas une grande efficacité sur les adventices vivaces, à fortiori les plantes aussi conquérantes que l'épilobe.
L'acide pélargonique et l'acide acétique sont les seules substances désherbantes actuellement présentes sur le marché qui seront autorisées à partir de 2019.
Citer
jestin jean paul
0 #6 jestin jean paul 04-05-2016 12:21
Bonjour,
Le desherbant à base d'acide pélargonique
est-i efficace sur Eplilobe des bois
Amicalement
Citer
Président
+1 #5 Président 08-09-2015 10:29
Suite du commentaire de la société Nedorff :
Si l'hydrazide maléique est bien une substance issue de la chimie de synthèse, cette substance a été sélectionnée pour son innocuité pour l'environnement. L’hydrazide maléique est une substance très ancienne qui a été produite pour la première fois en 1895. Elle a été utilisée dans les produits phytosanitaires comme régulateur de croissance dès 1952, notamment sur les pommes de terre et les oignons.
Dans les années 70 et 80, une interdiction de cette substance avait été évoquée, mais le fondement à cette époque en était un résidu de pollution lors de sa fabrication.
La matière hydrazide maléique en elle-même n’est pas toxique et sans classement.
Depuis le processus de fabrication de l’hydrazide maléique a été modifié et optimisé.
Citer
Président
0 #4 Président 08-09-2015 10:28
Voici les commentaires de la société Neudorff concernant les remarques qui ont été faites par nos internautes…


« Concernant la gamme de désherbants Finalsan & Finalsan Ultima de Neudorff, nous tenions à rectifier certaines informations erronées. En effet, le fait qu'une substance ait un numéro CAS ne préjuge en rien de son origine chimique ou naturelle. Par exemple même l'eau a un numéro CAS : 7732-18-5.

En ce qui concerne les 2 substances actives, elles sont sur la liste européenne des substances qui sont autorisées dans toute l'Union Européenne pour formuler des produits phytopharmaceutiques. En plus de ces autorisations pour les substances actives, le produit formulé a également une autorisation de vente pour chaque pays dans lequel il est distribué.
Citer
blanco m.
0 #3 blanco m. 22-08-2015 12:01
J'habite en Belgique
Ici le même produit (acide pélargonique + hydrazide maléique) s'appelle Ultima (usage amateur) et Ultima Pro (usage professionel- agriculteur, horticulteur).

Les deux composants sont d'origine chimique (vous pouvez le voir car ils ont un Cas N°. Entrez- le sur internet et vous verrez la fiche signalétique des produits. Faites des recherches pour l'hydrazide maléique ... surprise assurée. C'est un vieux produit.
Ce produit est effectivement interdit au Danemark, Autriche, Corée, Canada. Il a été interdit aussi en 1993 par l'union européenne mais avec une autorisation pour certains de ses sels. Le doc. est visible sur le site de l'UE.
Citer
Président
0 #2 Président 24-07-2015 05:30
Merci pour ce commentaire qui est tout à fait fondé. Mais il est totalement stupide d'opposer naturel et chimique dans la mesure où certaines substances naturelles sont plus toxiques que des produits de synthèse. L'important ici c'est que le produit n'est pas classé sur le plan toxicologique. Quant au principe de précaution, c'est ce qui sclérose aujourd'hui toute l'activité de notre société. L'hydraxide maléique que renferme le Finalsan ultima a pour but d'offrir une action prolongée au produit car l'acide pélargonique, tout comme l'acide acétique que l'on trouve dans d'autres désherbants "bio", n'a qu'une action superficielle qui n'empêche pas la repousse des herbes récalcitrantes. C'est pour satisfaire la demande des jardiniers que cette composition a été mise sur le marché.
Citer
Pépin
0 #1 Pépin 23-07-2015 16:44
:sad:
Seul l'acide pélargonium est à l'origine un produit naturel. L'hydrazide maléfique qui est présente dans le Finalsan ultima est purement d'origine chimique. C'est un régulateur de croissance, oui, mais chimique. Trois pays (Corée du sud, Danemark et autriche l'ont d'ailleurs interdit par précaution, du fait de doutes sur sa toxicité.
Le titre 'désherber avec des substances d'origine naturele" est donc éroné de fait.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

COMMENT PROTÉGER LES PALMIERS AU NATUREL
Question du jour
26-06-2017
  De nombreux palmiers dans les jardins du voisinage étant morts, comment puis-je protéger les miens des vers qui les détruisent ? Depuis la fin des années 1990, deux insectes...
DES GENDARMES DANS MON JARDIN !
Question du jour
15-06-2017
  Mon jardin est infesté de gendarmes qui s’agglutinent le long de mes palissades et dans mon potager. Connaissez-vous un traitement efficace ? Le pyrrochore aptère (Pyrrochoris...
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 13 Juin 2017
L’AGENDA DU JARDINIER
13-06-2017
(13 juin) À la Saint Antoine, des fleurs de roses se régalent les cétoines.