WILLIAM SWAINSON L’ORNITHOLOGISTE QUI VOULAIT ÊTRE BOTANISTE

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : mercredi 11 octobre 2017 07:07

Affichages : 97

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

Swainson William 1789 1855Le 8 octobre 1789 naissait à Londres William John Swainson, naturaliste et artiste britannique, mort le 06 décembre 1855 à Fern Grove dans la ville de Lower Hutt, région de Wellington en Nouvelle-Zélande. Surtout connu en tant qu’ornithologiste, mais également intéressé par les insectes, il s’installa en 1851 à Sydney (Australie) où il travailla comme botaniste pour le gouvernement de Victoria, étudiant les arbres locaux. 

Bien qu’il ait répertorié 1 520 espèces et variétés d’Eucalyptus et qu’il identifia de nombreuses espèces de Casuarina (filao, Casuarinaceae), William Swainson rencontra un échec, sans doute dû à son manque de connaissance profonde de l’univers végétal. On lui doit toutefois, à l’issue de son exploration du Brésil de 1806 à 1818, d’avoir rapporté une collection de 1 200 spécimens de plantes, mais aussi 20 000 insectes.

Figuier etrangleur Swainson 

Un statut de botaniste très contesté

Le plus âpre critique de William Swainson en tant que botaniste fut le célèbre systématicien anglais William Jackson Hooker (1785-1865) qui écrivit : « De ma vie, je pense n’avoir jamais lu une telle série d’erreurs et de bêtises. Voici un homme qui a quitté ce pays avec l’étiquette d'un naturaliste de premier ordre, en dépit de nombre d'excentricités. C’est aussi un artiste naturaliste de premier ordre et il se rend en Australie pour traiter de botanique, dont il est aussi ignorant qu’une oie. »

William Jackson Hooker 1851

 Joseph Maiden (1859-1925) sommité en matière de flore australienne eut des mots tout aussi cinglants à l’égard de William Swainson, puisqu’il écrivit en parlant du travail de ce dernier : « une exposition imprudente d'espèces qui, à ma connaissance, est sans précédent dans les annales de la littérature botanique. » 

Aucun nom de plante validé par William Swainson

William Swainson fit partie à son époque des autorités taxinomiques en matière de botanique, mais la nomenclature botanique internationale n’a enregistré à son nom aucune dénomination scientifique de plante nouvelle. Il est vrai qu’il était adepte et promoteur du « Quinarian system », une méthode de classification zoologique développée par l’entomologiste William Sharp McLacleay (1792-1865) et qui connut une brève popularité parmi les naturalistes anglais de l’époque, mais fut balayée par les théories évolutives de Charles Darwin (1809-1882).

Fougere William Swainson

 En revanche, le nom de William Swainson est bien présent dans l’ouvrage de référence : « Authors of Pant Names » publié sous l’autorité de Kew gardens en 1992 par Richard Kenneth Brummitt et Catherine Emma Powell. Sur la fin de sa vie, William Swainson étudia la flore de Nouvelle Galles du Sud, de Victoria et de Tasmanie, avant de retourner en Nouvelle-Zélande, s’installant dans la propriété où il s’éteignit. 

Un incomparable illustrateur naturaliste

William Swainson est surtout réputé pour ses talents de dessinateur et ses remarquables lithographies publiées dans les trois volumes de Zoological Illustrations entre 1820 et 1823. Il fut le premier illustrateur naturaliste à utiliser la lithographie.

Colibri William Swainson 

L’autre Swainson qui a donné son nom à une plante

Il ne faut pas confondre William John Swainson avec son cousin Isaac Swainson (1746-1812), un amateur de jardin très respecté à son époque et qui possédait une collection de plantes importante. C’est à lui et non à William, qu’est dédié le genre, Swainsona (Fabaceae) créé en 1806 par le botaniste britannique Richard Anthony Salisbury (1761-1829). 

Swainsona greyana 

Le Swaisona, plante remarquable

55 espèces de Swainsona sont actuellement reconnues par la nomenclature botanique internationale. Quasiment toutes sont australiennes. Le plus célèbre est Swainsona formosa, officiellement plante emblème de la province d’Australie du Sud depuis le 23 novembre 1961. Seul fait bande à part Swainsona novae-zelandiae qui est endémique de Nouvelle-Zélande.

Swainsona novae zelandiae

 Swainsona formosa fut longtemps appelé Clianthus dampieri, nom qui lui avait été donné en 1835 par John Lindley (1799-1865). Le célère botaniste britannique voulait ainsi honorer la mémoire de son compatriote William Dampier (1651-1715), un explorateur qui fut le premier Anglais à parcourir l’Australie. Il est considéré comme étant le premier européen à avoir découvert la plante le 22 août 1699.

Swainsona formosa Flora

 

Swainsona formosa est désigné par les Anglo-saxons comme le pois du désert de Sturt (Sturt’s desert pea), en mémoire du capitaine Charles Napier Sturt (1795-1869) qui dirigea plusieurs expéditions en Australie.

Charles Sturt

 

William Swainson reconnu par les zoologistes

La zoologie a rendu hommage à William Swainson en lui dédiant différentes espèces animales. Par exemple chez les insectes : Apriona swainsoni ou l’araignée Micrathena swainsoni.

Plusieurs espèces d’oiseaux honorent son travail ornithologique. C’est le cas des : buse de Swainson (Buteo swaisoni), francolin de Swainson (Francolinus swainsonii), grive de Swainson (Cathurus ustulatus), moineau de Swainson (Passer swainsonii), paruline de Swainson (Limnothlypis swainsonii), tamatia de Swainson (Notharchus swainsoni), tyran de Swainson (Myiarchus swainsoni), etc.

Certains coquillages portent aussi le nom de celui qui sut si bien les dessiner, tel Conus swainsoni, Dolomea swainsoni, Mecongia swainsoni, Mitra swainsoni, Vituliconus swainsoni ou encore Alcithoe arabica var. swainsoni.

Toucan de Swainson

 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

UN YUCCA BIEN MAL EN POINT
Question du jour
16-11-2017
  Je vous fais parvenir des photos de mon yucca qui dépérit. Quelle en est la cause et que faire ? Les symptômes que présente la plante sont caractéristiques de conditions de culture...
UNE MONSTRUOSITÉ VÉGÉTALE
Question du jour
12-11-2017
  Cette étrange plante a poussé dans mon jardin. La connaissez-vous ? Il n’est pas facile au premier regard d’identifier la vipérine (Echium vulgare) sur cette image, car la plante...
LES JARDINS DE L’ÎLE AUX FLEURS
Le livre du jour
05-11-2017
  Jardins de la Martinique (Isabelle Specht – Hervé Chopin Éditions – 28,50 €). Bien que paru depuis la fin mai dernier, ce livre, ublié avec le soutien de la Fondation Clément,...