HEINRICH REICHENBACH, UN GRAND SPÉCIALISTE DES ORCHIDÉES

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : samedi 3 janvier 2015 19:03

Affichages : 3323

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

Heinrich Gustav Reichenbach 1823-1889Le 3 janvier 1823 naissait à Leipzig Heinrich Gustav Reichenbach, ornithologue et botaniste allemand, mort le 6 mai 1889 à Hambourg. Son père était le botaniste et zoologiste bien connu Heinrich Gottlieb Ludwig Reichenbach (1793-1879) qui fonda le jardin botanique de Dresde. D’abord professeur de botanique à Leipzig, il dirigea le jardin botanique de l’université de Hambourg de 1863 jusqu’à sa mort.

 

 

Spécialiste de renommée mondiale en matière d’orchidées, Heinrich Gustav Reichenbach accueillait dans ses serres des spécimens récoltés dans le monde entier par les aventuriers botanistes de l’époque, mais aussi et surtout des échantillons secs qu’il collectait soigneusement dans un herbier. Il légua ce dernier au Muséum de Vienne, imposant qu’il ne soit présenté au public que 25 ans après sa mort !

L’homme qui a nommé des centaines d’orchidées

Heinrich Gustav Reichenbach (abréviation botanique : Rchb. F.) a compté parmi les taxonomistes les plus importants en matière d’orchidées. Au cours de sa carrière. Il a entre autres créé les genres : Aa (1854), Aerangis (1865), Dactylostalys (1878), Lueddemannia (1854), Oliveriana (1876), Pescatoria (1852).

Pescatoria lehmannii-- orchidee

Heinrich Gustav Reichenbach a aussi nommé et décrit d’innombrables espèces dont beaucoup sont encore reconnues aujourd’hui par la nomenclature internationale. C’est le cas notamment de : Brassia neglecta (1856), Brassia signata (1881), Brassia thyrsoides (1868), Brassia wagneri (1854), Bulbophyllum falcatum (1861), Cattleya x brymeriana (1883), Cattleya x dukeana (1887), Cattleya iricolor (1874), Cattleya lawrenceana (1885), Cattleya lueddemanniana (1854), Cymbidium dayanum (1869), Cymbidium goeringii (1852), Cymbidium hookerianum (1866), Cymbidium parishii (1874),

Bulbophyllum falcatum MAP ADE GIP0096023

Ont aussi été nommées et décrites par Heinrich Gustav Reichenbach les orchidées suivantes : Dendrobium aclinia (1856), Dendrobium dactyliferum (1844), Dendrobium gouldii (1867), Dendrobium hymenanthum (1855), Disa cephalotes (1881), Disa cooperi (1881), Disa equestris (1865), Epidendrum agathosmicum (1850), Epidendrum albomarginatum (1877), Epidendrum coxianum (1877), Epidendrum pallens (1866), Epidendrum rostrigerum (1876), Lycaste consobrina (1852), Lycaste lasioglossa (1872), Lycaste schilleriana (1865), Masdevallia abbreviata (1878), Masdevallia campyloglossa (1878), Masdevallia flaveola (1884), Masdevallia macroglossa (1878)

Lycaste schilleriana

Viennent s’ajouter à la liste précédente les espèces suivantes elles aussi décrites et nommées par Heinrich Gustav Reichenbach : Maxillaria arachnites (1880), Maxillaria kegelii (1885), Maxillaria lehmannii (1878), Odontoglossum x williamsianum (1881), Oncidium abortivum (1850), Oncidium iricolor (1854), Oncidium ornithopodum (1879), Oncidium tipuloides (1852), Phalaenopsis aphrodite (1862), Phalaenopsis corningiana (1879), etc.

Maxillaria lehmannii

La plante qui honore Heinrich Gustav Reichenbach

Henry Frederick Conrad Sander (1847-1920)* lui a dédié le genre Reichenbachia plante sud-américaine de la famille des Nyctaginaceae ce qui en fait donc une cousine des bougainvillées. Une seule espèce : Reichenbachia hirsuta, décrite par Sprengel en 1823 est acceptée aujourd’hui par la nomenclature internationale.

Reichenbachia-hirsuta gravure

Le plus précieux des livres sur les orchidées

En 1886, Henry Frederick Conrad Sander (1847-1920) engagea l’artiste botaniste Henry George Moon (1857-1905) pour réaliser 192 aquarelles illustrant des plantes décrites par Heinrich Gustav Reichenbach. Le dernier des quatre volumes produits a été publié en 1890. Cette encyclopédie fut dédiée à la Reine Victoria (1837-1901), à l’impératrice d’Allemagne et de Prusse Augusta Victoria of Schleswig-Holstein (1858-1921), à l’impératrice de Russie Maria Fedorovna (1847-1928) et à Marie Henriette d’Autriche (1865-1902). Connu sous le diminutif de Reichenbachia, cet ouvrage a été publié dans plusieurs formats dont « l’édition impériale » en format 75 x 60 cm, dont chaque tome pèse 20 kg, est considéré comme l’un des plus précieux livres sur les orchidées jamais réalisé. Les gravures originales de la version « folio » mesurant 55 x 41 cm peuvent dépasser 300 € l’unité.

Cattleya dowiana aureaOncidium tigrinum Reichenbachia

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...