Menace sur les arbres du bord des routes

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : samedi 21 février 2015 11:46

Affichages : 4887

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

Campagne Route champ arbreParmi les décisions récentes du gouvernement destinées à renforcer la sécurité routière, une mesure est passée inaperçue car elle n’a quasiment pas été relayée par les médias. Les préfets vont devoir dresser rapidement une liste exhaustive des arbres d’alignement considérés comme : « situés trop près des routes ». Bien que le ministère de l’Intérieur ne fournisse aucun chiffre sur le sujet (on parle de 400 tués par an dans des sorties de route s’étant terminées contre un arbre), les arbres sont accusés d’augmenter le nombre des victimes de la route. À croire qu’il n’existe pas d’autres obstacles le long des voies de circulation sur lesquels une voiture risque de s’écraser…

Une tradition historique

Le fait de planter des arbres le long des routes remonte à Henri II (1519-1559) qui pour « les besoins de chacun et pour les affûts et remontages de l'artillerie », signa en 1552 les : « lettres patentes royales qui enjoignent de planter des ormes le long des grands chemins et voirie ». Puis Henri III (1551-1589), décida de baliser les voies pour éviter leur envahissement par les cultures riveraines (vu d’aujourd'hui, c’est le monde à l’envers !), en signant en janvier 1583 un édit ordonnant de planter des ormeaux, noyers et autres arbres en bordure des chemins publics.

Par arrêt du 3 mai 1720, Louis XV (1710-1774), souhaitait préserver une largeur de soixante pieds (19,50 m) pour la circulation. Il ordonna de creuser des fossés parallèles aux routes et obligea les propriétaires riverains à planter, une toise plus loin (environ 1,95 m) : ormes, hêtres, châtaigniers et arbres fruitiers.

chemin de campagne

Au début du dix-neuvième siècle, dans le but de réduire la poussière soulevée par les véhicules et d’ombrager les routes, l'É́tat intensifia les plantations d'arbres d’alignement. Des plantations massives furent aussi réalisées dans les années 1930, et juste après la dernière guerre.

Aujourd’hui devenus majestueux, les arbres installés le long des routes constituent des éléments structurants du paysage de l’Hexagone. Malheureusement, dans le sud de la France et la région Centre, notamment le Loiret, les conseils généraux sont en pointe dans la lutte contre les arbres. Ils détruisent sans vergogne les paysages et un patrimoine vivant d’une grande richesse.

arbres route ombre

Un danger réel, mais qu’il faut relativiser

Et pourtant… Diverses études ont mis en évidence l’effet positif des arbres pour la sécurité routière. Il est lié notamment à leur capacité à signaler efficacement les virages, les carrefours, les entrées d’agglomération et à rendre la vitesse perceptible par le défilement des troncs. L’aspect esthétique des arbres d’alignement contribue également à un abaissement significatif de la vitesse, le regard étant sensible à leur présence ce qui incite à ralentir pour mieux en profiter.

Par ailleurs, il est tout à fait possible de protéger les automobilistes imprudents en posant des rails de sécurité devant les alignements, sans avoir à les éliminer (il faut toutefois que les arbres soient plantés au minimum à 4 m du bord de la route). Il faut également signaler que divers pays : Allemagne, Grande-Bretagne, Luxembourg, République tchèque et Suède entre autres, ont placé les arbres d’alignement sous la protection de la loi pour leur rôle écologique, paysager et culturel.

Arbre route Rail securite

Il faut respecter et protéger ce patrimoine vivant

Sous le couvert d’un discours sécuritaire, il semble que les politiques soient surtout enclins à éliminer les arbres pour libérer de l’espace destiné à enfouir des réseaux de fibres optiques le long des routes, sans empiéter sur les terres agricoles. Il est vrai que cela coûterait des sommes astronomiques aux opérateurs car ce travail est impossible à réaliser à proximité des arbres, vu l’importance de leur système racinaire.

En raison des milliers de kilomètres qui restent encore bordés d’arbres sur notre territoire, on peut craindre à terme une « déforestation massive ». C’est la preuve que les problèmes environnementaux et les fameuses « menaces sur la planète » pèsent peu devant les enjeux technologiques, économiques et politiques.

Si vous désirez contester cette décision politique et vous engager en faveur de la protection du patrimoine arboré des routes de France, vous pouvez signer une pétition en ligne en cliquant sur le lien (texte en bleu, souligné).

Route arbres alignement

Commentaires   

Brigitte.GN
0 #6 Brigitte.GN 10-03-2015 11:18
Bonjour,

Je suis aussi contre cette décision que je trouve absurde ! Car c'est bien l'automobiliste qui est à la source de l'accident et on peut trouver d'autres solutions plus écologiques... Car même en l'absence d'arbres, le véhicule finira par heurter un autre obstacle sur sa route et pour le même résultat ! Mensonges, mensonges...

Pour information il y a une autre pétition en ligne pour sauver ces arbres : sur le site d'AVAAZ : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Bernard_Cazeneuve_et_Segolene_Royal_Sauver_les_arbres_du_bord_des_routes/?pv=10
Citer
PAIN Elisabeth
0 #5 PAIN Elisabeth 22-02-2015 17:14
Et notre poumon d'air, qu'en faites-vous messieurs les politiques !!! Les automobilistes (que nous sommes sûrement nombreux à être) n'ont qu'à respecter les vitesses, le code. Au lieu de regarder le compteur de vitesse, roulons plus lentement et admirons ces arbres : on ne prendra pas alors le bâton pour se faire battre
Citer
dussarrat
0 #4 dussarrat 21-02-2015 19:13
Je suis dégoûté ces arbres je les vois depuis toute petite, ils apportent un sentiment de plénitude ils ne sont en aucun cas responsable des accidents,surtout qu'ils les laissent,à moins qu'ils fassent cela pour faire fonctionner les autoroutes,ou pour la fibre ou autre chose :-|
Citer
président
0 #3 président 21-02-2015 17:53
Voici des propos de bon sens qui seront, sans aucun doute partagés par la plupart de nos amis jardiniers qui visitent de plus en plus nombreux NewsJardinTV. Faites-nous connaître auprès de vos amis ! Merci.
Citer
annick dubois
+1 #2 annick dubois 21-02-2015 15:37
je suis pour bien sur !je privilégie souvent les nationales aux autoroutes justement pour ça et l'effet apaisant des arbres est bien supérieur a leur dangerosité!Seuls des esprits mal faits voir irresponsables peuvent vouloir les supprimer.Quand on pense a tt le temps qu'il a fallu pour que certains arbres poussent je sais de quoi je parle j'en suis au 10è arbre planté en 3ans dans mon jardin!Quelle inconséquence !Quand comprendront-ils qu'on ne peut pas protéger les gens de tout et que la prudence est la meilleure des protctions!
Citer
Graugnard Béatrice
0 #1 Graugnard Béatrice 21-02-2015 13:10
Il est vrai que tous ces arbres qui se jettent sur les automobiles, c'est inadmissible! Arrachons les vite pour permettre aux alcoolos et aux adeptes d'un petit rail de coke ou autres opiacés de rouler tranquillement (si l'on peut dire !) et d'exterminer des familles qui ne demandent rien à personne !
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...