Les jardins primés à Chaumont

Patrick Mioulane
Écrit par Patrick Mioulane

Publication : vendredi 17 juillet 2015 10:11

Affichages : 1496

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

chateau ChaumontSe présentant comme un « Espace naturel emblématique entièrement dédié à la création, à l’imagination, à la poésie et à la nature, où l’art dialogue avec l’histoire et la mémoire des lieux », le Domaine Régional et le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire (41), constitue un panorama de la création paysagère qui présente au public des travaux réalisés par une nouvelle génération d’architectes, de scénographes, de paysagistes ou de jardiniers.

En 24 saisons, plus de 600 compositions pouvant souvent être considérées comme les prototypes des jardins de demain, ont été mis en scène. L’édition 2015 est ouverte jusqu’au 1er novembre.

 

 

Arche de Linne Chaumont

Un Festival qui valorise les paysagistes

La 24e édition placée sous le thème : « jardins extraordinaires, jardins de collection » a permis à des équipes de concepteurs venues du monde entier de rivaliser d’inventivité et d’audace. La diversité, la créativité et la qualité des projets sont couronnées cette année par l’attribution de quatre prix.

Le jury, composé d’artistes, de paysagistes, de journalistes, de critiques d’art, de pépiniéristes et de jardiniers, s’est attaché à prendre en compte tous les aspects de chaque création, l’inventivité, la qualité et l’harmonie végétale et la possibilité offerte au grand public de pouvoir réaliser lui-même un tel jardin.

Carnivore parc Chaumont

Les Lauréats de l’édition 2015

• Le « Prix de la Création » a été attribué à Solène Ortoli pour son jardin « Réflexion d’un collectionneur » dont la grande efficacité visuelle et conceptuelle associe une démarche innovante à une présence végétale remarquable. On a l’impression d’une exposition de tableaux sur un mur, mais il s’agit de miroirs dans lesquels se reflètent des plantes soigneusement associées pour composer des images différentes à chaque « tableau ». Les graminées dominent au premier plan, parsemées de quelques chardons aux fleurs rose mauve.

Le visiteur pénètre dans un enclos privé qui semble avoir été abandonné aux herbes être folles avec des végétaux qui se développent en totale liberté, puis il découvre qu’il s’agit d’un jardin musée dont les tableaux sont en réalité bien vivants. Une idée très originale et une réalisation saisissante.

Reflexion dun collectionneur E. SANDER 6

• Le « Prix Design et idées novatrices » revient à Antoine Ruellan et Yves Philippot qui ont créé l’étonnant jardin « Collectionneur de l’ombre » qui, d’une manière originale sublime le végétal, accueillant notamment 250 fougères botaniques provenant de collections et de pépinières spécialisées.

Le concept consiste en des caisses de bois transportant des échantillons de plantes provenant de tous les continents. Elles sont stockées sur de grandes étagères colonisées par la végétation qu’elles contenaient.

Le visiteur déambule dans un labyrinthe, sur une plateforme, dans une ambiance de marécage aux subtils jeux d’ombres et de lumière.

Le collectionneur de lombre E. SANDER

• Le « Prix Palette et harmonie végétale » récompense les quatre concepteurs du « Jardin Phileas » : Laure Lemetayer, Anaïs Leveneur, Karen Geffray, Benoît Coquillard et Thibault Baudet qui incite avec poésie et subtilité à une promenade étonnante dans le monde très varié des plantes. C’est comme si le héros du « Tour du monde en 80 jours » avait été un botaniste qui aurait herborisé aux quatre coins de la planète. Un jardin farfelu et romanesque dans lequel on se perd avec délectation.

Jardin Phileas Chaumont

• Le « Prix Jardin transposable » distingue Swan Cazaux et Claire Dematos pour leur « Suspensions climatiques » qui propose de nombreuses idées esthétiques et pratiques que chacun peut s’approprier pour son propre jardin. S’inspirant des mythiques jardins suspendus de Babylone, ce jardin est constitué de plateformes suspendues qui constituent une structure labyrinthique d’étagères et de tasseaux où s’entassent bocaux, jarres, dame-jeanne et autres récipients. Ces derniers accueillent des plantes qui vivent en totale autonomie, sans intervention humaine.

Suspensions climatiques E. SANDER 3

• Un « Prix spécial du jury » a aussi été décerné au jardin « Silence ! Ça mousse… » créé par Chloé Ricou, Agathe Le Mire et Florian Dubos pour distinguer la qualité de son dessin. C’est un jardin de bryophytes qui incite à la contemplation rêveuse ou à la méditation zen. Il évoque comme dans l’esprit du jardin japonais un petit coin de montagne où sont reconstitués en miniature : grotte, cascade et pièce d’eau. Un jardin très frais aux tons délicats et aux textures variées.

Silence ca mousse E. SANDER 2

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

NOS DERNIERS ARTICLES

LA CITATION JARDINIÈRE DU MERCREDI 18 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
18-03-2020
« Il y a des fleurs partout pour qui veut bien les voir ». (Henri Matisse, 1869-1954, artiste peintre français)
LE DICTON JARDINIER DU MARDI 10 MARS 2020
L’AGENDA DU JARDINIER
10-03-2020
(10 mars) Pluie à la Saint Vivien, souvent va et vient.  
BOTANISTES, HORTICULTEURS, PAYSAGISTES ET JARDINIERS NÉS OU DÉCÉDÉS UN 3 FÉVRIER
Botanistes et jardiniers
03-02-2020
03 février 1616 : mort à Highgate, Londres, Angleterre, de Mathias de l’Obel, botaniste flamand né en 1538 à Lille, Nord. Le père Charles Plumier (1646-1704) a dédié à Mathias de...